Academics
World Languages

Student Writing

This piece by Anil Cacodcar, '22, will be published in The American Journal of French Studies' 2021 edition. The journal's review committee included Anil's writing in their top 20 for 2021. In the essay, Anil shares how studying French has connected him with his grandparents in Lithuania.
Un domaine à la campagne

Né en 1948 à la hauteur de l’occupation soviétique en Lituanie, mon grand-père a grandi dans une jolie ville au bord de la mer. Là-bas, il a fait ses études afin d’être professeur dans un lycée prestigieux. Même s’il était mécontent de la situation politique, il a décidé de rester silencieux parce qu’il voulait protéger sa famille de la manipulation du gouvernement à l’époque. Alors, il est finalement devenu un professeur de biologie et après quelques années scolaires, le directeur du lycée. En particulier, il était fasciné par les écosystèmes marins de la lagune de Courland, actuellement un endroit distingué par UNESCO comme un site du patrimoine mondial. Pendant qu’il travaillait là, il a rencontré ma grand-mère, un professeur de chimie qui aime la nature et cultivait un beau jardin, plein de fraises, cassis et bleuets.

Maintenant, ils habitent à la campagne avec un cottage et une belle serre. Après quelque temps, ils sont tombés amoureux et ils ont créé une famille. Ma mère a grandi pendant que la Lituanie cherchait l'indépendance de l’Union Soviétique. 

Le 23 août 1989, deux millions de citoyens, y compris la famille de ma mère, ont créé une chaîne d’humains à travers les pays de la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie. En tout, la manifestation était de 675 kilomètres de long. Moins d’une année plus tard, la Lituanie est devenue le premier pays à se séparer de l’Union Soviétique.

Alors, pourquoi est-ce que j’ai choisi d’apprendre le français quand mes grand-parents parlent lituanien ? La raison principale—c’est que mes grand-parents, qui habitent à des milliers de kilomètres de moi, peuvent parler le français. En Louisiane, il y a plus de ressources éducationnelles pour l'apprentissage du français. Je concède que ma mère peut parler lituanien, mais ma mère n’a jamais eu l’occasion de m’enseigner. La langue française donne une profondeur aux conversations avec mes grand-parents.

Ce rapport entre mes grands-parents s’est éloigné pendant la pandémie. Avec les difficultés technologiques et le fait que mes grands-parents n’ont pas assez d’argent pour avoir une liaison à l’internet pour vingt-quatre heures par jour, la communication est devenue un empêchement. Mais, le français peut servir comme une connexion authentique, sans traductions—un mot à un autre. Le ton, le vocabulaire et les petits indices idiomatiques peuvent communiquer toutes les subtilités qu’un individu veut exprimer. Pendant la pandémie, ma famille a appris que mon grand-père souffre de glaucome, mais il ne pouvait pas recevoir les soins pour de nombreux mois. Récemment, on a reçu un diagnostic grave : son œil gauche est devenue aveugle. Avec une perte de vision, la langue suffit en remplacement. La langue sert comme la seule connexion entre lui et moi. Sans une langue commune, je n'entends jamais les histoires intéressantes de sa jeunesse en Union Soviétique. Quand on apprend une langue, ce n’est pas à cause d’une « belle syntaxe » ou des « conjugaisons extraordinaires ». Pour moi, une langue est une liaison entre des individus—les conversations, la littérature et les idées des autres. Imaginez-vous le nombre d’idées et les autres perspectives qui vous manquez : la philosophie, la science et l’expérience humaine. Il vaut mieux qu’on considère les esprits des autres.

Tout le monde est immortel. On ne meurt jamais. Descartes vit toujours, Voltaire et Léopold Senghor aussi. Nos idées persistent pour l’éternité. Après la pandémie, j’espère que je pourrai rendre visite aux mes grands-parents en Lituanie et créer de nouveaux souvenirs qui persisteront éternellement. La vie humaine est pleine de beauté et chacun d'entre nous a une responsabilité pour la découvrir. Le français est une façon pour moi de répondre à l’axiome « il faut cultiver notre jardin ».

Ainsi, laissez-moi me reposer avec un bol de fraises, cassis et bleuets avec l’espoir que je serai en Lituanie l’été prochain dans la serre de ma grand-mère.

Episcopal School of Acadiana

Episcopal School of Acadiana is a private coeducational day school for students in grades PK3 through 12. Our mission is to instill in every student the habits of scholarship and honor.

Lafayette Campus

Cade Campus

ESA does not discriminate on the basis of physical disability, race, religion, gender, or national or ethnic origin.
Privacy Policy